Les Terriens

Plus jeune civilisation d’Ahmédy, originaire d’outre-espace, les Terriens font l’objet de nombreux questionnements depuis leur arrivée impromptue sur le Mont Terne en la première année du Grand Calendrier. Leur pilosité fournie, leurs orbites très marquées et leur queue préhensile qui les font paraître plus proches de certains primates des forêts tropicales que d’humains n’y sont certainement pas pour rien. Technologiquement avancée, et originellement très portée sur le commerce, la Nation Terrienne mène aujourd’hui une politique impersonnelle et fermée, à l’instar de ses citadelles. État très verrouillé, la Nation n’autorise qu’un nombre limité des ses ressortissants comme de ses inventions à quitter le territoire de sa Cité, délimité par la muraille qu’elle appelle le Tchiang.

La Cité Terrienne

Fait intéressant, l’organisation politique de la Nation Terrienne est très liée à sa structure géographique.

Commençons par l’intérieur. Le Siège, interdit à la populace de la Cité, est le lieu de vie et de travail de l’élite terrienne. Cette dernière, tenue au secret, est constituée en un collège nommé Autorité qui édicte ou abroge les lois, fixe les limites de prix des marchandises et les programmes scolaires, décide des nouvelles technologies accessibles aux habitants de la Cité ou aux étrangers, octroie les laissez-passer, bref, qui régit toute l’activité terrienne à l’intérieur du Tchiang.

Autour du Siège se trouve, on l’a dit, la Cité, qui rassemble le gros de la populace terrienne. Ses habitants, les travailleurs de la Nation, sont les moteurs de son économie. Ils ne possèdent aucun droit sur les nominations à l’Autorité ni sur les décisions de celle-ci. Leur pouvoir est, à vrai dire, nul.

Les villes les plus éloignées de la Chaîne de la Poussière, se situant à l’extérieur du Tchiang, n’ont pas autant de contraintes que celles imposées par l’Autorité à la Cité. La libre circulation, des personnes comme des biens, y est de mise. Le voyageur y trouvera les nouvelles technologies que l’Autorité a daigné utile de partager avec les autres civilisations. Le commerçant pourra y marchander et faire jouer la concurrence, les prix étant bien plus lâches que dans la Cité. L’Autorité n’intervient que très rarement dans la gestion des villes extérieures qui sont assez souvent un mélange de Terriens ayant fait leurs preuves et autorisés à sortir de la Cité, d’étrangers férus de technologie, et du rebut de la Nation Terrienne, expulsé hors du Tchiang pour punition.

terriens_draft_01

Recherche de visuel pour les Terriens (Mikou)

L’Éducation

Les enfants terriens ont pour obligation de fréquenter l’Université de la Cité, établissement d’enseignement public garantissant une formation solide en langues, en commerce et en technologie, tout autant théorique que pratique. Les élèves se montrant doués pour les études peuvent continuer gratuitement au-delà de ce tronc commun dans une des quatre grandes écoles de la Cité : l’Académie, école administrative et militaire ; les Arguments, école de commerce ; l’Atelier, école de Technomagie ; et les Archives, école de Paléotechnique. Pour les ignares, la Paléotechnique est la science de l’ancienne technologie amenée par les premiers Terriens dans leurs vaisseaux accidentés. En cela, elle est vue par certains comme la théorie de la Technomagie.

La Nation tient à ce que ses citoyens soient éduqués, afin de préserver son avance en terme de technologie et que celle-ci se répercute sur son économie. Elle tient également à ce que cette éducation soit offerte, pour que lesdits citoyens sachent bien quelle est la main qui les a nourris, et donc à qui ils doivent fidélité. L’égalité des chances est respectée, tant que le jeune citoyen préserve les secrets de la Nation. Parmi tous ces élèves, les meilleurs se voient offrir une place auprès des représentants de l’Autorité en attendant une accession au Siège, les moins meilleurs un poste-clef dans la Cité. Les agitateurs potentiels se font signifier leur manque de loyauté envers la Nation, qui ne manque pas de trouver un moyen de les museler, soit en les « abandonnant » (c’est-à-dire en les obligeant à se débrouiller tous seuls en dehors du Tchiang avec interdiction temporaire de regagner l’enceinte de la Cité), soit en les recrutant à de plus hautes fonctions.

Il est fréquent que la première sortie d’un Terrien hors de la Cité se fasse à l’occasion de son stage de fin d’études, ou d’un abandon.

terriens_draft_02

Recherche de visuel pour les Terriens (Mikou)

La Technologie

Élément primordial de la culture terrienne, la technologie est au centre de l’organisation de la Nation. Présente dans les vaisseaux avec lesquels les futurs premiers Terriens se sont écrasés sur le Mont Terne, cette science antique ramenée d’une autre planète est à l’origine de toutes les avancées en provenance de la Cité.

Si les restes desdits bateaux spatiaux, qui ont cessé de fonctionner à l’approche d’Ahmédy, sont pour la plupart jalousement gardés au secret au sein du Siège, la technologie est au contraire extrêmement courante dans la Cité, mais dans une version renouvelée. En effet, dans les années qui ont suivi leur arrivée dans la Chaîne de la Poussière, les premiers Terriens se sont fait enseigner la magie planaire par les Orientaux, ce que les historiens ont nommé le Tutorat. Adaptant ces nouvelles connaissances, et notamment l’Altération, dans le but de réparer comme ils le pouvaient les mécanismes apportés avec eux, les scientifiques terriens ont donné naissance à la Technomagie, versant de la magie porté sur les objets. L’étude de celle-ci, dans ses trois différentes spécialités, se fait aujourd’hui exclusivement au sein de la Cité.

L’ancienne technologie reste aujourd’hui activement étudiée par les paléotechniciens et les vaisseaux d’outre-espace sont l’objet d’un respect teinté de vénération, étant vus comme le lieu de repos de l’entité supérieure que les Terriens nomment ExMachina, l’Esprit de la Machine.

Cet article a été publié dans civilisations, Terriens. Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*