Résolution de conflits : les Duels

Les Duels

Les Duels servent à résoudre toute situation de conflit ou de compétition entre deux personnages, en utilisant un nombre de D10 égal à la valeur de Caractéristique (entre 1 et 9) mise en jeu pour chaque personnage.
Lancez Car1 D10, votre adversaire lance Car2 D10.
Comparez votre meilleur résultat au sien (si égalité, comparez le deuxième meilleur, et ainsi de suite).
Le plus haut résultat gagne le Duel.

Exemple :

Joe s’amuse à répéter tout ce que Jack dit pour l’embêter. Jack cherche des phrases de plus en plus complexes pour essayer de piéger Joe.
La Caractéristique mise en jeu pour Jack est l’Expression. Pour Joe, c’est la Volonté. Du moins, c’est ce qu’a décidé le MJ. Joe a 3 en Volonté, tandis que Jack a 5 en Expression.

Joe obtient : 8 3 2
Jack obtient : 8 6 5 4 1

Après une égalité à 8, c’est le 6 de Jack qui l’emporte sur le 3 de Joe, qui se fait un nœud à la langue.

Critique

Si le vainqueur gagne le Duel sur un double, il obtient une Victoire Critique. C’est comme une victoire, mais en plus classe, plus méchant, plus efficace.

Exemple :

Joe obtient : 9 5 1
Jack obtient : 9 6 6 3 2 , et Joe a dû avouer avoir pissé dans son froc.

Poisse

Si les deux protagonistes ont plus de 1 que de 10, ils chopent la Poisse. Le Duel est résolu normalement mais il arrive une couille qui affecte équitablement les deux.

Exemple :

Joe obtient : 10 1 1
Jack obtient : 6 4 4 2 1

Joe ne s’arrête plus, et Jack éclate en sanglots. Maman déboule furax et les expulse dans leur chambre respective parce qu’ils font trop de boucan et qu’elle peut pas travailler, nom d’un chien.

Cet article a été publié dans système. Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

16 Commentaires

  1. Anonymous
    Publié le 31 mai 2013 à 14:55 | Permalien

    donne un exemple où Joe gagne et explique comment tu interprètes.
    Et surtout, donne des exemples utiles (courses, duel épée, apnée simultanée…

    • Publié le 1 juin 2013 à 10:48 | Permalien

      J’ai modifié le dernier exemple pour que Joe gagne : l’interprétation peut être tout à fait triviale ou au contraire tirée par les cheveux. Le MJ a une grande marge de manœuvre.

      Je ne suis pas d’accord avec l’utilité des exemples que tu proposes… J’ai choisi un exemple pas banal justement pour mettre en valeur les capacités de ce système. Si après ça tu ne vois pas comment gérer une course avec, je ne peux rien pour toi.

  2. Publié le 31 mai 2013 à 15:01 | Permalien

    Vous avez fait une étude statistique pour savoir quelle était la chance d’avoir la poisse ?
    Parce que là, ça me paraît un peu violent, quand même. Surtout le fait que ça affecte les deux.
    Après, je demande à voir en pratique. Car rien ne remplace l’expérience.

    • Publié le 1 juin 2013 à 10:53 | Permalien

      Oui, Vivi, j’ai run les simus. Si tu veux un chiffre, ça va de 1% (à 1D10 vs 1D10) à 11% (à 9D10 vs 9D10).

      Aussi, je ne dis pas que choper la poisse doit déchainer les enfers. C’est plutôt un mécanisme à mettre des rebondissements à l’intérieur des combats.

    • Publié le 1 juin 2013 à 13:01 | Permalien

      Ça veut dire que plus tu es bon (et ton adversaire aussi), plus tu as de chances d’avoir la poisse. C’est spécial comme concept !
      C’est sûr que ça va apporter des rebondissement dans les combats, mais est-ce que cela ne risque pas de lasser le MJ qui va devoir gérer la poisse une fois sur dix ? Sans compter les joueurs, qui vont peut-être en avoir marre que leur personnage ait tout le temps la poisse.

    • Publié le 1 juin 2013 à 13:39 | Permalien

      Oui, le concept c’est que quand deux daubes sont en compétition/combat, on a pas besoin de leur mettre des bâtons dans les roues. Alors que deux très gros persos, si on veut que leur Duel soit épique, faut pas juste les laisser s’entretuer sans assaisonnement.

      (Et je spoile, mais il y aura des mécanismes pour éviter la poisse dans certains cas)

  3. Bonta-kun
    Publié le 31 mai 2013 à 15:14 | Permalien

    J’ai pas bien compris: la poisse, ça n’arrive que si les deux en même temps ont des 1 (plus que des 10) à leur jet de manière individuelle? de manière globale? où alors ça arrive aussi de manière individuelle? Si un seul des protagonistes choppe des 1 et pas l’autre ça fait quoi? y’en a un qu’a la poisse et pas l’autre? Et si l’un chope deux 1 et l’autre choppe deux 10 ça fait se compense où pas?

    En bref : on compte les 1 et les 10 de manière globale ou individuelle? l’effet est-il exclusivement global ou peut-il être individuel?

    Bonta-kun

    • Publié le 1 juin 2013 à 10:57 | Permalien

      Ne complique pas tout ! On compte de manière individuelle (ça je reconnais que c’était pas forcément clair), l’effet est toujours global. Il ne se passe rien si un protagoniste a plus de 1 mais pas l’autre. Et personne n’a parlé de compensation.

  4. Publié le 1 juin 2013 à 21:01 | Permalien

    J’ai une question sur les critiques : est-ce que 9-9-6 vs 9-3 est un critique ? C’est un double mais le premier 9 est à égalité avec celui de l’adversaire.

    • Publié le 3 juin 2013 à 08:58 | Permalien

      Non, en effet. Quand on a utilisé un couple de dés, on ne le regarde plus. Je vais préciser ça dans les règles.

  5. Fil
    Publié le 2 juin 2013 à 23:43 | Permalien

    Alors, c’est original et simple.

    Mais j’ai quelques réticences :
    – Comme dans beaucoup de système la différence entre un bon et un très bon est beaucoup plus faible qu’entre un mauvais et un très mauvais.
    – Je ne sais pas sur combien s’échelonne le système mais à 1D10 vs 5D10 il reste plus de 22% de chance de gagner ce qui me semble énorme et à 1D10 vs 9D10 on tourne autour de 8%.
    Dans un système où l’aléatoire permet au plus faibles d’avoir une chance non négligeable contre les plus forts, on ne peut, probablement pas avoir de certitude quand à la sécurité d’une personnalité importante se promenant seule, tant le nombre est une arme plus redoutable que la compétence.

    Maintenant j’imagine que vous y avez pensé et que milles et une techniques viennent rendre béant le fossé entre les plus forts et les plus faibles, mais c’est un écueil qui à mes yeux peut avoir des conséquences sur le monde.

    Fil ˆˆ

    • Publié le 3 juin 2013 à 08:54 | Permalien

      Merci pour cet avis très construit ! Tout ce que tu dis est parfaitement vrai. Notamment, le fait que quand l’écart se creuse, on n’arrive jamais à 0% de chances de gagner. Dans ce monde, une personnalité importante ne se promène pas seule. Et pour le cas particulier du combat, une règle simple va rendre la supériorité numérique encore plus importante.

      Donc oui, il y a des conséquences sur le monde, mais je ne vois pas ça comme un écueil. Et comme tu le supposes, “tout un tas de choses” est en construction pour creuser des fossés, ça va principalement se traduire au niveau des métiers et compétences.

    • Fil
      Publié le 3 juin 2013 à 20:41 | Permalien

      Quand je parlais de personne importante je pensais à la Madame des chèvres dont tu parlais il y a quelques mois.

      Je ne suis pas pour supprimer l’importance de l’avantage numérique évidemment. Mais le problème se situe plus sur une question de proba :
      Que le meilleur maître d’arme (on va dire 9D10) ait près d’une chance sur 10 (8%) de se prendre un coup en affrontant un handicapé débutant (on va dire 1D10) ça me semble inconfortable ^^
      Maintenant j’imagine que c’est à ce niveau qu’interviennent les métiers et les compétences :p

      Fil ^^

    • Publié le 4 juin 2013 à 09:37 | Permalien

      Ok, je vois ce qui t’embête. Il va falloir que j’y fasse attention au niveau des métiers, mais ça va bien se passer. Il faut prendre en compte le fait que le meilleur maître d’armes aura plein de techniques, probablement un bien meilleur équipement, etc. Après, s’il est attaqué dans son bain par un assassin qui a pas la moitié de ses dés, le système veut que sa survie ne soit pas garantie.

      Quand à la Dame aux Chèvres, elle sait qu’elle prend des risques, elle sait qu’il est arrivé à certains de ses prédécesseurs d’en prendre et de le regretter, mais elle le fait quand même parce qu’elle est tout autant excentrique que balèze.

      J’imagine que cette petite dose d’inconfort, nous l’avons trouvée appropriée pour dépeindre un monde qui contient beaucoup plus de politiciens que de fées. Il faut que les choses puissent bouger. Oui, c’est horrible, ce que je dis.

  6. Pat
    Publié le 5 juin 2013 à 16:56 | Permalien

    Ok alors au vu des commentaires, je vais essayer de voir plein de jets, corrige-moi si je me trompe.
    Ici, 1 gagnera toujours et on verra les effets spéciaux.

    9 vs. 5 -> rien
    10 1 vs. 1 -> rien
    10 1 1 vs. 1 -> roisse
    9 9 vs. 1 -> critique
    9 9 1 vs. 1 -> critique + poisse
    4 vs. 3 3 3 2 2 2 1 1 1 -> rien mais le joueur 2 se sent subitement mal
    2 2 vs. 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 -> critique, le joueur 2 fait un anévrisme, le joueur 1 achète un ticket de loto
    5 4 vs. 5 -> rien
    9 9 8 6 vs. 9 8 -> rien
    9 9 8 8 vs. 9 8 -> critique
    1 vs. 1 -> égalité + poisse

    Je crois avoir vu tous les cas, écrivant d’ailleurs ce dernier, je suppose que le nombre de dés en commun peuvent mesurer un certain degré d’égalité.

    • Publié le 5 juin 2013 à 17:08 | Permalien

      Sur l’avant-dernier, il n’y a pas critique (cf ma réponse à Vivi).

      J’ai pas compris ta phrase à la fin…

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*